Danone en Afrique

Il y a dix ans, Danone était brocardé dans le livre 99 Francs ; les responsables marketing de la marque « Madone » refusaient toute africanité pour leur spot.

Il y a trois ans, le British Medical Journal épinglait Danone et Nestlé pour violation du code de conduite de l’Organisation Mondiale de la Santé. Deux études menées dans des centres de santé et points de vente au Togo et Burkina-Fasso auraient constaté de nombreuses violations : distribution de matériels publicitaires (stylos, briquets), l’absence d’avertissement sur les risques de l’utilisation des produits de substitution au lait maternel.

La semaine dernière, Little less Conversation a assisté à la grande messe de Danone Communities.
Nous avons été ému par la pertinence, la force, l’obstination des porteurs de projets qui oeuvrent pour améliorer la vie de leurs concitoyens : Xochitl Galvez Ruiz, Manoj Kumar et François Jaquenoud ont trois projets formidables pour faciliter l’accès à l’eau de leur communauté.

Nous avons été emballé par Muhammad Yunus, son approche du Social Business, sa volonté farouche de collaborer avec des multinationales pour contrebalancer certaines défaillances des pouvoirs publics.

Nous en ressortons avec un goût de Danone Muesli (goûté lors du cocktail) mitigé : nous applaudissons à deux mains que des populations défavorisées aient un accès à l’eau, apprennent les méthodes d’un grand groupe, que les cadres de ce groupe vivent des expériences humaines enrichissantes… mais « nous n’étions pas à une session de recrutement Danone ».

2 Responses to “Danone en Afrique”

Leave a Reply