DELICE DE SALE GUEULE

(Visuels : source Le figaro.fr)

Dans le monde 40 % de la production de produits comestibles est détruite avant de rencontrer un estomac. En France, ce sont 17 millions de tonnes qui sont systématiquement jetés chaque année pour délit de « sale gueule ». C’en était trop pour Nicolas Chabanne ; il a décidé de stopper ce gaspillage en donnant aux produits rejetés de la grande distribution une nouvelle place dans le circuit de consommation.

Sa stratégie est ambitieuse, les regrouper sous une marque, les gueules cassées pour qu’elle devienne un repère antigaspi avec un logo facilement reconnaissable et une promesse limpide pour le consommateur : le produit est moins cher (de -30 à 50 %) et tout aussi bon. Et pour la collectivité, elle est double : limiter le gaspillage et aider le monde associatif (1 centime de chaque achat est reversé à une association caritative).

Après une campagne de financement participatif chez Kickstarter, la greffe prend et la floraison devient spectaculaire : la grande distribution joue le jeu (Casino, Carrefour, Monoprix, Leclerc, Franprix) et le nombre d’agriculteurs désirant rejoindre l’aventure augmente constamment.

De la pomme au Camembert

Depuis septembre dernier, les Gueules Cassées ne se limitent plus aux fruits et légumes, mais s’attaquent aux fromages (450 000 camemberts pourraient être sauvés), céréales, saucisses de Morteaux et autres produits dont une partie de la production se voient refuser les étals des grandes surfaces ou certaines AOC.

Capture d’écran 2016-04-09 à 19.18.52

12 millions de produits sont ainsi étiquetés dans 5 000 points de vente.Un réseau qui grandit sous l’impulsion des consommateurs. Chacun d’entre nous peut télécharger la lettre type que l’on trouve sur le site et l’adresser à votre magasin favori. http://media.wix.com/ugd/a0c5fa_bc6f8621c0604acaa2cccdfb0588e840.pdf pour le pousser à référencer cette marque.

A l’étranger, la greffe prend aussi ; cette marque s’exporte en Allemagne, Angleterre, Japon et aux Etats-Unis.

Révolution des mentalités :

Mine de rien, les Gueules Cassées commencent à changer les mentalités et le culte du produit parfait. Or, on n’achète pas une carotte pour l’encadrer au-dessus de son lit, mais bien pour qu’elle finisse dans notre assiette, râpée, bouillie, crue, en tartare peu importe… si le goût est le même alors l’affaire est vite réglée. La valeur d’usage reprend le pas sur celle de la propriété. Intermarché a même construit une campagne de pub remarquée et primée sur ces produits.

Leave a Reply