Le produit partage créateur de valeur

« J’attends des grandes entreprises un rôle plus actif dans le traitement des problèmes sociaux ». Cette phrase prononcée par une consommatrice lors d’une étude menée par Little less Conversation est largement partagée.

La notion de responsabilité sociale est devenue un sujet majeur pour les marques et un moyen de répondre au nouveau système de valeurs du consommateur qui est également salarié, citoyen, parent d’élève…

Pour démontrer que la marque ou la société sert l’intérêt public aussi bien que ses intérêts privés et transforme un banal acte de consommation en un acte citoyen, le produit partage devient une méthode très originale : ce procédé de co-branding est constitué d’un don (vers une organisation humanitaire) déclenché automatiquement lors d’un achat.

Bono a été l’un des premiers à populariser cette pratique en créant en 2006 la marque vertueuse RED dédié à la lutte contre le Sida et soutenue par Gap, American Express, Apple, Motorola… Pléthore de marques le pratiquent aujourd’hui :

  • BNP Paribas a lancé un service Simplidons qui vise à virer des fonds à une association : il s’agit de virer tous les mois de petites sommes, à partir de 1€ par mois dès lors que le solde en fin de mois sur le compte courant dépasse un certain seuil,
  • La Redoute propose un sac à main et reverse 10€ à Village d’Enfants,
  • Auchan reverse au mois de juin 10 centimes  sur l’achat d’ampoules écologiques pour soutenir Unis-Cité,
  • Pampers fournit un vaccin à l’Unicef contre le tétanos  pour un paquet,
  • Olozim permet de recevoir par mail ou sms des offres et des bons plans de ses partenaires ; à chaque message reçu, l’association choisie par le consommateur reçoit un don.
  • Solidaime est une marque conçue et dédiée au produit partage, l’achat de chacun de ses produits alimentaires déclenche un don à un association, Action Contre la Faim, Handicap International, SOS Villages d’Enfants…

Leave a Reply