L’email est il mort ?

Facebook et Twitter, font perdre à l’e-mail de son importance dans la vie des Internautes. Le très populaire « c’est quoi ton mail ? » est remplacé par « t’es sur Facebook ? » ou « tu tweetes ? ». Autres temps, autres mœurs et nouveaux outils.

L’Université du Kent vient de d’étudier ce phénomène et révèle que 98% des plus de 65 ans utilisent le mail contre… 86 % des 15-24 ans. Insuffisamment productif voire obsolète, le mail semble perdre son statut de champion des nouvelles technologies.

Le fléau des spams, le web en temps réel.

La principale raison concerne les spams, fléau malgré tout de mieux en mieux maitrisé par les entreprises. D’après l’institut Radicati Group, sur les 247 milliards d’e-mails envoyés en 2009, 81% étaient des spams.

Deuxième raison : une saturation générale  qui a métamorphosé un moyen de correspondance en un outils de partage, de collaboration (photos, vidéos, documents de travail). Chaque Internaute possède 2,7 adresses en moyenne et reçoit près de 100 mails par jour.
De plus, dans la sphère personnelle , les Internautes ont plébéscité des sites plus pratiques de partage (Flickr, Youtube, Picasa).

Mais Internet, c’est surtout des conversations instantanées, chats et SMS sont passés par là. Et écrire un e-mail demande de l’application et du temps se rapprochant plus de la lettre que de la conversation. Alors qu’avec un post sur Facebook ou un tweet sur Twitter, le tour est joué. Et ce, pour de multiples destinataires. « Une nouvelle forme de communication passive est en train de voir le jour. La mise à disposition de l’information en temps réel révolutionne la communication en ligne » affirme Damon Crepin-Burr, Directeur de Création chez Fullsix.

Emailing vs réseaux sociaux

Les professionnels de la communication s’y mettent aussi : l’e-mailing est confronté à la baisse de la qualité et de la qualification des bases. Il est de plus en plus difficile de savoir si le message touchera bien sa cible. Par ailleurs, la durée de vie d’une adresse est de plus en plus courte. En 2009, les revenus de l’e-mailing (recrutement et fidélisation confondus) ont chuté de 20% à 104 millions d’Euros selon l’IAB. Ludovic Bajard explique que ce qui fonctionne le mieux en communication est le message porté par une personne reconnue dans sa communauté. D’où l’incroyable succès des réseaux sociaux et des marques actives dans ce type d’univers : une partie du chemin est déjà faite grâce aux communautés qui les constituent

Puissance et efficacité du mail

Toutefois, la consommation des réseaux sociaux ne fait pas diminuer la consommation des emails. Une étude de Nielsen démontre le contraire : les gros consommateurs de médias sociaux surconsomment du papier électronique.  Et c’est logique : les personnes se créant des connections via les médias sociaux les maintiennent en dehors de ces plates-formes et les étendent via l’email, le téléphone ou des rencontres.

Conclusion : malgré ses défauts, le courrier électronique garde l’avantage de la simplicité ; dans le monde de l’entreprise tout le monde sait s’en servir. Le téléphone n’a pas tué le courir postal, l’email n’a pas tué le téléphone et Facebook et Twitter ne tueront probablement pas le courrier électronique. Et pour s’inscrire sur un réseau social, une adresse e-mail est obligatoire.

Leave a Reply