LE SEXE…

… fait-il vendre ?

En tout cas, il attire l’attention, puisque vous en êtes déjà à lire la deuxième ligne de cet article, auquel vous n’auriez peut-être pas même jeté un coup d’oeil s’il s’était intitulé « Le vélo en bord de mer ».

La question revient pourtant régulièrement, car on ne compte plus les programmes télé, publicités, sites internet ou simples images qui mettent en scène jeunes gens dénudés aux activités plus ou moins évocatrices afin d’attirer l’oeil du consommateur.

Une preuve – s’il en est besoin, de l’engouement provoqué par de telles images pourrait être le buzz créé par les photos volées de Scarlett Johansson qui circulent depuis quelques semaines sur internet.

A tel point qu’un site web parodiant ces photos a même vu le jour.

Les annonceurs sont donc souvent tentés d’adjoindre quelques décolletés plongeants à leur packshot de dentifrice ou faire adopter deux ou trois poses lascives au fin cordon bleu qui nous présentera un plat de pâtes.

Si certaines marques comme Williams semblent considérer que cela les dispense de tout effort supplémentaire, d’autres comme Slimfit, Wonderbra ou Bocage utilisent cette imagerie allusive pour mettre en avant un véritable avantage produit ou créer un univers de marque.

Mais si ce type de pubs attirent plus les regards, il ne fait pas forcément plus vendre. En effet, une étude a montré que la mémorisation des marques réalisant des annonces suggestives est bien moins bonne (10,8%) que celle réalisant des annonces publicitaires classiques (22,3%), car l’attention des consommateurs est tout entière occupée par… le visuel.

Leave a Reply